logo
rss  Vol. XIX - Nº 336         Montreal, QC, Canadá - quinta-feira, 20 de Fevereiro de 2020
arrowFicha Técnica arrowEstatutos arrowPesquisar arrowContactos arrowÚltima hora arrowClima arrowEndereços úteis
Partilhe com os seus amigos: Facebook

Le Festival du Film Black de Montréal

Revient avec une riche programmation

Jules Nadeau

Par Jules Nadeau

Le Festival du Film Black bat son plein à Montréal depuis mercredi dernier, jour du lancement de sa 10e édition au cinéma Impérial. Martin Luther King III, fils aîné du champion des libertés civiles aux États-Unis, a été honoré par les organisateurs du festival qui lui ont décerné le Prix Humanitaire 2015. L'hommage coïncide avec le 50e anniversaire de la marche historique de Selma à Montgomery.

La programmation de ce festival (FIFBM), création de la fondation Fabienne Colas, s’enrichit d'année en année et il faut en consulter le portail pour connaître la liste de tous les films de différents thèmes qu’il est encore possible de voir jusqu'à dimanche prochain, le 4 octobre. Rappelons qu’il s'agit du plus grand événement de films black au Canada.

L’apparition de Martin Luther III était très attendue sur le tapis rouge après l'arrivée de plusieurs très élégantes vedettes de la soirée. Réservé et courtois, le fils du héros de Selma s’est quand même prêté au jeu de quelques brefs échanges amicaux et de poignées de mains, honneur accordé aussi au représentant de LusoPresse.

Pour notre public, mentionnons le film coprésenté par LusoPresse et LusaQ TV. Le documentaire «Cidade de Deus: 10 anos depois» raconte l'histoire des jeunes acteurs du long métrage de Fernando Meirelles et Kátia Lund qui a reçu de nombreuses récompenses. Comment leurs vies ont évolué après le succès mondial? Les souvenirs de ceux qui avaient alors une quinzaine d’années et qui ont connu les sports, la violence et la misère des favelas. La projection aura lieu dimanche le 4 octobre à 17 heures au Cinéplex Odéon du Quartier Latin. Prix du billet: 10 dollars.

luso Black 2015.JPG
 Les principaux do organisateurs du festival posent fièrement en compagnie de Martin Luther King III sur le Tapis rouge. Dans l`ordre habituel l`invité d`honneur Émile Castonguay, Fabienne Colas e Pras Michel.
Foto  - LusoPresse

«Cette année, le FIFBM ouvre un nouveau chapitre après 10 ans d’existence. Avec une nouvelle programmation et de nouvelles idées, le prestigieux festival compte redéfinir son modèle de festivals de films. En six jours, les festivaliers ont la chance de côtoyer des acteurs et réalisateurs des quatre coins du monde et de partager leur passion. Il y en a pour tous les goûts dans les différents cinémas», mentionne un communiqué.

Le film de clotûre du 4 octobre portera sur l'histoire de la lutte des Noirs américains pour leurs droits fondamentaux. «The Black Panthers, Vanguard of the Revolution» sera montré à 19 heures dans la salle Hall de l’Université Concordia. Il s'agit du premier long métrage documentaire qui étudie le mouvement politique, sa pertinence dans la culture américaine, ainsi que les leçons douloureuses à tirer du déraillement de cette organisation rebelle. Le documentariste Stanley Nelson interroge les témoins de cette époque: police, informateurs du FBI, journalistes, supporters blancs, détracteurs, fidèles du Black Panthers et déserteurs du Parti.

Pour plus de détails sur une riche programmation et d’autres événements du festival consulter:

www.montrealblackfilm.com

Festival
Le Festival du Film Black bat son plein à Montréal depuis mercredi dernier, jour du lancement de sa 10e édition au cinéma Impérial. Martin Luther King III, fils aîné du champion des libertés civiles aux États-Unis, a été honoré par les organisateurs du festival qui lui ont décerné le Prix Humanitaire 2015. L'hommage coïncide avec le 50e anniversaire de la marche historique de Selma à Montgomery.
FIFBM_FR..doc
no
O tempo no resto do mundo

Arquivos

Acordo Ortográfico

O que é o novo acordo?

O LusoPresse decidiu adotar o novo acordo ortográfico da língua portuguesa.

Todavia, estamos em fase de transição e durante algum tempo, utilizaremos as duas formas ortográficas, a antiga e a nova.   Contamos com a compreensão dos nossos leitores.

Carlos de Jesus
Diretor

 
LusoPresse - 2020