logo
rss  Vol. XIX - Nº 328         Montreal, QC, Canadá - segunda-feira, 24 de Fevereiro de 2020
arrowFicha Técnica arrowEstatutos arrowPesquisar arrowContactos arrowÚltima hora arrowClima arrowEndereços úteis
Partilhe com os seus amigos: Facebook

Natércia Rodrigues...

Honore son mari José et sa mère Cipriana Moita

Jules Nadeau

Par Jules Nadeau

Entourée de quelques dizaines de ses amis venus lui manifester leur affection, madame Natércia Rodrigues a rendu un hommage bien mérité à son mari José Rodrigues et à sa mère Cipriana Moita lors d'une cérémonie qui s’est tenue «Chez le Portugais». L'occasion bien choisie pour faire le point sur le travail et surtout le dévouement de ces trois personnes bien connues.

«Quand le patron Henrique Laranjo m'a demandé d'exposer mes tableaux ici, j'ai d'abord répondu par la négative, puis j'ai accepté à condition d'en faire un hommage à mon mari José et à ma mère. J'ai déjà eu l'honneur d'une quarantaine de vernissages un peu partout», d’expliquer la modeste dame de Ribeira Grande au journaliste de LusoPresse. De fait, aux murs, plusieurs photos décrivent le travail du photographe José Rodrigues (1948-2012) au fil des années. On voit d'abord le beau jeune homme, puis l’homme de maturité en compagnie de plusieurs personnalités -- allant du maire de Montréal jusqu'au président des Açores.

Henrique Laranjo m’aide à mieux situer le couple Rodrigues. À chacun d'eux, il accole ces termes «des gens simples, joyeux et serviables. Natércia est toujours prête à aider et n'attend jamais rien en retour. Pas souvent payée», dit le sociable restaurateur sans hésitation. Bonne organisatrice d»événements, on lui doit entre autre une fête portugaise à Shawanigan, un défilé à Montréal, ainsi de suite. Bref, tout pour diffuser la culture portugaise au Québec. Elle s'est également lancée en politique avec l»équipe de Pierre Bourque dans Jeanne-Mance. Son mari était lui aussi très actif dans la communauté avec entre autres l'organisation de la fête du Saint-Esprit.

Natercia DSC_0142.JPG
Natércia Rodrigues entourée de ses amis Maria e Humberto Cabral (de Lagoa), à sa droite; et madame Gisèle Lemay, sa voisine de longue date.
Fotógrafo Jules Nadeau - LusoPresse

Dans ses quelques tableaux de Natércia affichés dans le restaurant, on y voit une scène de cabane à sucre, la preuve que Natércia vit au Québec depuis une cinquantaine d’années. De même «O pastor alentejano» qui rappelle que la femme de Ribeira Grande a été élevée dans le pays de sa mère au Baixo Alentejo. Madame Moita adorait tout ce qui est culturel.

Dans un texte en trois langues intitulé «A vida é un caminho», Natércia a écrit:

«Comecei pois há alguns anos atras a pintar, e para alem das varias exposições de grupo foi com imenso orgulho que do dia 15 de Abril ao 9 de Maio de 2003, homenageei os nossos pioneiros através da pintura a óleo. Esta exposição teve lugar no Consulado Geral de Portugal em Montreal e foi um prazer enorme ao ter reunido ainda alguns desses pioneiros que ainda se encontravam entre nós.

Natercia DSC_0156.jpg
José Rodrigues.

Acho que não há estilo para pintar nem critério de perfeição: o artista utiliza meios para exprimir certas sensações ou ideias e não deve ser julgado pela maneira como os utiliza mas pela capacidade de transmitir esse sentimento...

Tudo isto é o resultado do vulcão interior que está dentro de mim e que começou a libertar algumas fumarolas.

Sou portuguesa, orgulhosa das minhas raízes e da gente que me rodeia e feliz ao mesmo tempo por viver no Quebeque há 50 anos.»

Comunidade
Entourée de quelques dizaines de ses amis venus lui manifester leur affection, madame Natércia Rodrigues a rendu un hommage bien mérité à son mari José Rodrigues et à sa mère Cipriana Moita lors d'une cérémonie qui s’est tenue «Chez le Portugais». L'occasion bien choisie pour faire le point sur le travail et surtout le dévouement de ces trois personnes bien connues.
Natercia Rodrigues_FR.doc
yes
O tempo no resto do mundo

Arquivos

Acordo Ortográfico

O que é o novo acordo?

O LusoPresse decidiu adotar o novo acordo ortográfico da língua portuguesa.

Todavia, estamos em fase de transição e durante algum tempo, utilizaremos as duas formas ortográficas, a antiga e a nova.   Contamos com a compreensão dos nossos leitores.

Carlos de Jesus
Diretor

 
LusoPresse - 2020