logo
rss  Vol. XIX - Nº 328         Montreal, QC, Canadá - sexta-feira, 10 de Abril de 2020
arrowFicha Técnica arrowEstatutos arrowPesquisar arrowContactos arrowÚltima hora arrowClima arrowEndereços úteis
Partilhe com os seus amigos: Facebook

À quand la reconnaissance du génocide arménien par les Portugais?

Jules Nadeau

Par Jules Nadeau

La communauté arménienne du Québec et d'autres collectivités victimes de génocide à travers le monde avaient de quoi être fières de leur imposante marche de dimanche dernier dans les rues de Montréal. Une foule immense a marché de façon recueillie et disciplinée pour dénoncer tous les génocides du 20e siècle. L’initiative en revenait aux Arméniens qui commémorent le 100e anniversaire des exactions subies aux mains des Turcs avant et après 1915.

Le maire Denis Coderre ouvrait la marche; l'on pouvait reconnaître quelques autres personnalités comme Gilles Duceppe et Bernard Drainville. Plusieurs chefs religieux arméniens en soutanes noires étaient parfaitement visibles dans le défilé de plusieurs milliers de personnes où les jeunes étaient fortement représentés -- plusieurs en uniformes de scouts. Malgré une invitation reçue de la part du Parti libéral à LusoPresse, contrairement à nos attentes, le chef Justin Trudeau n»était pas présent.

Jules Coderre DSC_0091.JPG
Le maire Denis Coderre ouvrait la marche au nom de la ville de Montréal qui a reconnu le génocide arménien.
Fotógrafo Jules Nadeau - LusoPresse

Les deux dernières années, des marches semblables devant le parlement d'Ottawa ont été beaucoup plus bruyantes avec des slogans criés au mégaphone et des pancartes très explicites. En 2014, plusieurs Turcs se sont présentés sur les mêmes lieux de la capitale nationale pour s’opposer à grands cris aux Arméniens qu'ils ont accusés de mensonge relativement aux événements sanglants d’Anatolie. Ce qui n'a pas empêché les descendants des martyrs de bien faire passer leur message devant l’ambassade d'Istanbul. Les négationnistes turcs y ont été vivement dénoncés.

À la place des Spectacles, quelques orateurs ont insisté sur le fait que les Arméniens n’ont pas été les seuls à souffrir de massacres. Un Africain a parlé du Rwanda. Parmi la foule, il y avait un petit groupe de Khmers arborant le drapeau rouge et bleu. Les Khmers rouges ont fait périr un nombre d'innocents équivalent à celui des Arméniens: plus d’un million et demi. Il a aussi été question des Juifs, des Ukrainiens et de Darfour. Pas un mot toutefois sur le génocide culturel des Tibétains.

Jules cravos DSC_0117.JPG
Une jeune Arménienne distribue des œillets aux manifestants comme s`il s`agissait d`un 25 avril portugais. Le Portugal reconnaît toutefois pas le génocide.
Fotógrafo Jules Nadeau - LusoPresse

Soulignons, enfin, que le Canada, le Québec et la ville de Montréal ont officiellement reconnu le génocide arménien. Des remerciements aux gouvernements ayant posé ce geste de solidarité étaient affichés sur une grande banderole. Comme les États-Unis et Israël, le Portugal n'a pas encore officiellement reconnu le génocide arménien. À quand cette simple admission des faits? Des milliers d’oeillets (qui faisaient penser au 25 avril) ont été distribués aux participants de cette marche mémorable du 3 mai 2015.

Internacional
La communauté arménienne du Québec et d'autres collectivités victimes de génocide à travers le monde avaient de quoi être fières de leur imposante marche de dimanche dernier dans les rues de Montréal. Une foule immense a marché de façon recueillie et disciplinée pour dénoncer tous les génocides du 20e siècle. L’initiative en revenait aux Arméniens qui commémorent le 100e anniversaire des exactions subies aux mains des Turcs avant et après 1915.
Armenie _FR.doc
yes
O tempo no resto do mundo

Arquivos

Acordo Ortográfico

O que é o novo acordo?

O LusoPresse decidiu adotar o novo acordo ortográfico da língua portuguesa.

Todavia, estamos em fase de transição e durante algum tempo, utilizaremos as duas formas ortográficas, a antiga e a nova.   Contamos com a compreensão dos nossos leitores.

Carlos de Jesus
Diretor

 
LusoPresse - 2020