logo
rss  Vol. XVIII - Nº 306         Montreal, QC, Canadá - terça-feira, 11 de Agosto de 2020
arrowFicha Técnica arrowEstatutos arrowPesquisar arrowContactos arrowÚltima hora arrowClima arrowEndereços úteis
Partilhe com os seus amigos: Facebook

Qu`en Ontario

Les immigrants du Québec plus nombreux sur le marché du travail

Jules Nadeau

Par Jules Nadeau

Le Parti québécois est fier de son bilan en immigration et cite officiellement le chiffre de 4 200 néo-québécois qui ont trouvé un emploi en 2013, ce qui fait que le taux d’emploi de ces derniers est légèrement plus élevé que celui des immigrants en Ontario et en Colombie-Britannique, selon un communiqué remis lors d'une conférence que donnait l’ex-ministre de l'Immigration Diane De Courcy.

Accompagnée de l’ex-ministre responsable de la métropole, Jean-François Lisée, madame De Courcy s'est engagée à réduire à «35 jours le délai d'attente de reconnaissance des diplômes», en ajoutant: «La perception que ce sont les ordres professionnels qui bloquent le processus est fausse.» Elle souhaite que le ministère aide les nouveaux arrivants à aller chercher la formation nécessaire et leur offre même une aide financière à cet effet.

Marois lisee Courcy.JPG
Jean-François Lisée souhaite réduire d`un mois l`attente pour la reconnaissance du diplôme d`un immigrant mais, plus réaliste, Diane de Courcy préfère parler de 35 jours.
Photo Jules Nadeau - LusoPresse

De plus, autre promesse de la formation politique, «faire en sorte que 25 % des nouveaux arrivants s'installent en région». En présence d’une journaliste marocaine dans la petite salle, Jean-François Lisée a expliqué que le gouvernement doit engager des négociations avec les pays du Maghreb pour la reconnaissance des diplômes et faciliter l'intégration de ses ressortissants.

À la fin de son mandat, la plus grande fierté de Diane De Courcy: «J'ai fait de l'immigration une préoccupation importante à tous les niveaux, comme au chapitre de la culture. Une préoccupation transversale», a déclaré la représentante du PQ à une question de LusoPresse, en ajoutant que le Québec a évolué de façon harmonieuse et est capable de bien accueillir les nouveaux venus.

Marois photo.JPG
Madame Pauline Marois, entouré de plusieurs candidats, en une conférence de presse.
Photo  Jules Nadeau - LusoPresse

Destinée à la presse ethnique, la conférence de presse de mercredi dernier dans la circonscription de Crémazie n’a attiré que quatre reporters. Un exercice peu profitable pour le PQ dans une salle quasi vide. La députée a dit regretter le court délai de 24 heures des 60 invitations qui ont été faites par téléphone. Au sujet de la nouvelle chaîne multiculturelle ICI existant depuis novembre dernier, Mme De Courcy n'a pas semblé entretenir des rapports étroits avec les journalistes de ces émissions en huit différentes langues. Soit dit en passant, le magazine portugais, LusaQ.Tv, pour son émission de lundi dernier, le 31 mars, a invité y prendre la parole un candidat de chacun de quatre partis.

L’après-midi même, la dirigeante du Parti québécois Pauline Marois convoquait elle aussi la presse ethnique pour parler de ses engagements en matière d’immigration et de francisation. Cette assemblée, au Collectif des femmes immigrantes du Québec, promettait d'être plus courue et mieux couverte.

Eleições Quebeque
Le Parti québécois est fier de son bilan en immigration et cite officiellement le chiffre de 4 200 néo-québécois qui ont trouvé un emploi en 2013, ce qui fait que le taux d’emploi de ces derniers est légèrement plus élevé que celui des immigrants en Ontario et en Colombie-Britannique, selon un communiqué remis lors d'une conférence que donnait l’ex-ministre de l'Immigration Diane De Courcy.
Les immigrants do QuebecFR.doc
yes
O tempo no resto do mundo

Arquivos

Acordo Ortográfico

O que é o novo acordo?

O LusoPresse decidiu adotar o novo acordo ortográfico da língua portuguesa.

Todavia, estamos em fase de transição e durante algum tempo, utilizaremos as duas formas ortográficas, a antiga e a nova.   Contamos com a compreensão dos nossos leitores.

Carlos de Jesus
Diretor

 
LusoPresse - 2020