logo
rss  Vol. XVII - Nº 297         Montreal, QC, Canadá - quinta-feira, 28 de Maio de 2020
arrowFicha Técnica arrowEstatutos arrowPesquisar arrowContactos arrowÚltima hora arrowClima arrowEndereços úteis
Partilhe com os seus amigos: Facebook

Une première à la galerie 3C du 9 au 30 novembre

Claudia Chin convie les amis des arts à une exposition d'artistes portugais

Jules Nadeau

Par Jules Nadeau

Avec conviction et enthousiasme évident, Claudia Chin s’exclame: «C'est la première fois que les oeuvres de José de Guimarães, de Júlio Pomar et de Rico Sequeira seront exposées au Canada. Une grande fierté pour cette première à la galerie 3C». La jeune directrice arbore un grand sourire. Au moment de notre entrevue dans sa galerie du 9150 rue Meilleur, six oeuvres sont déjà arrivées chez nous. Les cartons d'invitation sont partis. Diverses commandites se confirment. Pour celle qui est née au Mozambique, c’est en même temps son baptême culturel au sein de la communauté portugaise d'ici.

Claudia Chin Carlos Calado esposa DSC_0512.JPG
Carlos Calado, um dos artistas que marcará presença.

«En plus de célébrer les 60 ans de l'immigration portugaise au Canada, je veux accroître la visibilité d'oeuvres d'artistes portugais et provoquer un intérêt parmi les collectionneurs d'art de ce côté de l'Atlantique, explique le communiqué, une exposition collective qui a été organisée par amour pour la culture portugaise.» Les termes «par amour» apparaissent en caractère gras sur la lettre d’invitation.

L'exposition se tiendra du samedi 9 au 30 novembre au 9150 rue Meilleur (local 202) au sud de Chabanel. Le vernissage le mercredi 13 novembre de 19 à 21 heures en présence du Consul Fernando Demée do Brito, un supporter de première heure de ce projet unique. Du restaurant Portus Calle qui célèbre avec éclat cette année son 10e anniversaire, Helena Loureiro s’associe généreusement et surtout gastronomiquement à l'événement qui devrait attirer les nombreux amis des arts de la communauté. «J'étais très contente qu'elle ait accepté de m'aider.»

Surprise au téléphone

Une anecdote significative? «Quand j'ai téléphoné à Rico Sequeira il y a quelques jours, il m'a d'abord répondu en anglais. Hello, can I help you? À cause de mon nom asiatique. Et venant du Canada. C'était très drôle. Je lui ai ensuite demandé s'il parlait portugais ou seulement l'anglais. Je savais qu'il passait son temps autant au Luxembourg qu'au Portugal. Je lui ai dit que j'avais deux de ses tableaux à ma galerie. Il ne savait pas du tout.»

ClaudiaChin_201109_300dpi.jpg
Claudia Chin

«Il était surpris et très content d'apprendre que ses toiles avaient traversé l'Atlantique. Il est très connu en Europe et c'est une galerie du Luxembourg qui le représente», explique Claudia Chin au représentant de LusoPresse. Le peintre qui approche la soixantaine travaille exclusivement avec une galerie au Luxembourg qui a les droits pour tout le marché européen, y compris le Portugal. Il était aussi étonné que la dame chinoise au bout du fil parle aussi bien portugais pendant les 20 minutes de conversation.» (La diplômée de Concordia écrit aussi très bien la langue de Camões.)

«Je suis en train de développer des relations à long terme avec mes clients. Je suis très sérieuse. Par exemple, j'exige des certificats d'authenticité de chaque oeuvre» assure-t-elle. Elle espère représenter en Amérique du Nord plus tard des artistes renommés comme ceux qui figureront à son exposition. Bien entendu, certains des artistes mentionnés ici entretiennent des liens d’amitié entre eux et le réseautage est primordial pour bien réussir.

L'expertise de Leonora Moncada

Un contact personnel à Lisbonne a d’abord identifié les trois grands noms. De ce côté-ci, pour novembre, Claudia Chin peut compter sur la précieuse collaboration de Leonora Moncada qui jouit d'une solide expérience internationale en organisation d»événements culturels. Née à Lisbonne et Montréalaise depuis 1979, la spécialiste en tourisme, développement et marketing, nous énumère au téléphone plusieurs de ses mandats passés: Les Deux Mondes en théâtre, les Sept doigts de la main, représentation d'artistes, tournées internationales, etc. Sans risque de se tromper, on devine que c’est aussi par amour que Leonora Moncada collabore à ce projet. Merveilleux projet de la Lusophonie. Sans frontières!

Claudia Chin explique les liens: «Rico Sequeira est un ami personnel de José de Guimarães: un ingénieur de formation qui est très très connu en Europe et aussi en Asie. Il a eu une exposition solo en Chine. Je pense que c'était à Pékin selon la couverture des médias locaux. À Macao aussi. Je dois mentionner en plus que de Guimarães, représenté par une galerie à Paris et à Miami, est un ami de Carlos Calado ici. L'artiste d'Angola qui est ici depuis 30-40 ans. Les deux amis ont étudié y'a longtemps à Lisbonne, puis se sont retrouvés en Angola. Donc tous deux sont notamment influencés par la culture africaine. Júlio Pomar est l'artiste le plus reconnu du Portugal. Le Picasso des temps modernes, comme on l'appelle parfois, possède depuis peu une fondation à son nom», précise la diplômée en commerce.

Pour ce qui est des Montréalais d'origine portugaise, Joseph Branco est très connu dans le marché québécois à la suite de ses lauréats dans divers concours d’entreprises. On trouve du Branco dans un hôpital de la Rive-Sud. Il a gagné un autre concours public il y a deux-trois mois dans la banlieue de Montréal. Pour sa part, Carlos Calado de l'atelier Circulaire est très connu dans le domaine de la gravure après avoir commencé à faire de la sculpture. Une des gravures de cet enseignant figure dans un lieu très connu à Lisbonne. Le photographe Fernando dos Santos travaille comme pigiste et retourne souvent dans la capitale. Sa dernière exposition, 2008-2012, montrait des gens dans des espaces publics, comme dans les tramways, puis des enfants de la rue, des femmes âgées qui tricotent, des vendeurs de châtaignes. Son but était d’explorer le visuel de la vie quotidienne.

À la fin de notre rencontre, Claudia Chin me remet une copie de la revue de luxe Vie des Arts (été dernier) où elle explique sa vocation: «Au Portugal, pendant mon enfance, j'ai grandi entourée par des sculptures de pierre ou de bronze qui rehaussent les lieux publics. Les fins de semaine, mes parents nous emmenaient mon frère et moi visiter des musées et des espaces culturels. Arrivée à Montréal, je trouvais que la ville manquait de beauté. J'ai alors décidé de devenir entrepreneure et de travailler dans le domaine des arts.»

Pour plus de détails sur l'exposition: tél. 514-779-9885 et www.3cgallery.com

 

Entrevista
Avec conviction et enthousiasme évident, Claudia Chin s’exclame: «C'est la première fois que les oeuvres de José de Guimarães, de Júlio Pomar et de Rico Sequeira seront exposées au Canada. Une grande fierté pour cette première à la galerie 3C».
Claudia Chin FR.doc
yes
O tempo no resto do mundo

Arquivos

Acordo Ortográfico

O que é o novo acordo?

O LusoPresse decidiu adotar o novo acordo ortográfico da língua portuguesa.

Todavia, estamos em fase de transição e durante algum tempo, utilizaremos as duas formas ortográficas, a antiga e a nova.   Contamos com a compreensão dos nossos leitores.

Carlos de Jesus
Diretor

 
LusoPresse - 2020