logo
rss  Vol. XVI - Nº 256         Montreal, QC, Canadá - quinta-feira, 25 de Fevereiro de 2021
arrowFicha Técnica arrowEstatutos arrowPesquisar arrowContacto arrowÚltima hora arrowClima
Partilhe com os seus amigos: Facebook

Tout le monde en parle

Pauleta fascine les grands médias

Jules Nadeau

Par Jules Nadeau

Ces dernières semaines, les grands médias ont souvent parlé du Portugal, mais avec le passage de l'Aigle des Açores ici, ce fut presque un record d'entrevues et de reportages parlant des Portugais et des sports dans la communauté. Tant d'entrevues, mais Pauleta a fait preuve d'une patience exemplaire. «C'était pas nécessaire», m'a t-il très poliment lancé alors que nous attendions à la cafétéria de Radio-Canada (SRC) pour une entrevue avec le journaliste bien connu Michel Désautels. Nous nous sommes même rendus deux fois dans la même journée à SRC pour la radio et la télé.

 

pauleta-entrevista r-c
Pauleta pour Radio-Canada
Foto: LusoPresse

Jamais LusoPresse n'a approché autant de journalistes et la seule tâche de trouver toutes leurs adresses et d'organiser un point de presse a nécessité une bonne dose d»énergie. Heureusement, Marc Tougas de la Presse canadienne et de RDS a rapidement relayé le message de l'arrivée de Pauleta à Montréal. Par la suite, ce fut Radio-Canada qui a rapidement demandé des entrevues à plusieurs émissions. Sans grande surprise, Robert Frosi de «Culture physique» voulait en avoir la primeur. Y'avait-il un conflit possible avec lui et Michel Désautels? Bonne surprise, tout n'a pas été dit à ces deux vedettes des médias parce que l»équipe du populaire René-Homier Roy voulait aussi avoir sa part du gâteau pour vendredi matin.

Pour le morning man, Jean-François Poirier s'est pointé jeudi à la Caisse d»économie avec son enregistreuse. Si les journalistes sont des êtres curieux, c'est bien le cas de ce spécialiste des sports. Non seulement Pauleta, mais aussi le rédacteur en chef et moi avons dû subir son sympathique interrogatoire. Norberto Aguiar en a profité pour se plaindre de l'Impact qui n'avait alors pas encore sollicité une rencontre avec Pauleta. Le message est bien passé. L'Impact a vite téléphoné par la suite.

Gentillesse et modestie

 

pauleta-entrevista tva
Pauleta pour TVA
Foto: LusoPresse

Puisque Pauleta s'est illustré à Bordeaux et dans la Ville lumière pendant huit ans, nous avions l'avantage d'avoir un personnage qui maîtrise très bien le français. Ce qui m'a frappé lorsqu'il était au micro, ce fut sa gentillesse et surtout sa modestie. Il ne se prend pas pour un autre! Que ce soit en entrevue ou quand nous étions en petit groupe avec José Silva (le journaliste de Ponta Delgada qui a agi comme son impresario), Pauleta riait, me jouait de tours et je l'ai vite tutoyé à la québécoise. Une relation presque copain-copain, pour notre plus grand plaisir.

Ronald King a choisi de le rencontrer samedi au restaurant de la rue Masson pour applaudir la victoire du Benfica sur le Sporting. «Pas de problème. Je connais le Casa Vinho de Johny Almeida», de me répondre le chroniqueur de La Presse. J'étais content que ce soit lui qui représente «mon journal», celui où j'ai déjà été permanent à l'international dans le passé. «Je connais une équipe à Montréal qui aurait bien besoin d'un vrai marqueur», écrit Ronald King que je suis tenté d'appeler Ronaldo, ou mieux, Ronaldinho. «J'habite près du Quartier portugais. Tu me feras signe quand y'aura quelque chose!» Promis!

Il faut avouer que j'en ai raté quelques-uns. À la Fédération de soccer du Québec, je n'ai pas vu le discret photographe de La Presse. Pas le temps de parler non plus au cameraman de TVA. Norberto Aguiar avait beau rouler à la vitesse d'un kamikaze pour amener notre jeune retraité de 38 ans jusqu»à Laval, il y avait parfois des manques de ponctualité à la portugaise.

Notre plus fidèle cameraman demeure Alberto Feio aidé de Conceição Ferreira au micro qui possède le record d'heures de tournage (sans oublier son travail à notre colloque du 16 octobre). De précieuses images! Le premier jour de sa visite, notre VIP devait participer au «Fora de Jogo» du mercredi soir de Rádio Clube, mais un important souper de famille totalement imprévu de notre part a rendu la chose impossible. Luísa Calado a vite tout compris et António Salvador a enregistré un court trois minutes au banquet du Château Princesse.

Les communautés dans les médias

J'aurais bien aimé amener le petit gars de Sao Roque à «Tout le monde en parle» ou bien chez Marie-France Bazzo, mais faut pas abuser. Le modeste Herby Moreau aurait certainement été content de se faire photographier en sa compagnie, mais on ne peut pas tout avoir... Pascal Cifarelli nous assure que Québec Soccer mentionnera notre événement en décembre. Les «100 ans de soccer au Québec» nous ont offert une sérieuse compétition. Exactement comme le congrès de la Fédération professionnelle des Journalistes du Québec (FPJQ).

Norberto Aguiar se plaint toujours de l'absence des Portugais et des communautés culturelles dans les grands médias. «Ça corrige tout. Je suis content maintenant», m'a-t-il finalement avoué au téléphone au lendemain d'une semaine harassante. (Il va être obligé de se réabonner à La Presse.) Voilà pourquoi nous avons de bons rapports avec Hélène Parent de Radio-Canada International et récemment responsable de la Diversité à la société d»État. Enfin, des salutations fraternelles à Donald Jean (Médiamosaïque) et à Abou Zirat (M Magazine) qui étaient assis à ma table à notre gala.

Pedro Miguel Carreiro Resendas dit Pauleta n'a peut-être pas fait d'apparition remarquée à «Tout le monde en parle» où il aurait sûrement marqué plusieurs buts, mais ce n'est pas grave, tout le monde en parle quand même.

(Pendant que j»écris ces lignes, la rédactrice en chef Patricia Miotto m'envoie le compte rendu de son «entrevue musclée» avec le footballeur (qu'elle connaissait bien avant son arrivée) paraissant dans Au Féminin à cette adresse: www.aufeminin.com)

O tempo no resto do mundo

Arquivos

Acordo Ortográfico

O que é o novo acordo?

O LusoPresse decidiu adotar o novo acordo ortográfico da língua portuguesa.

Todavia, estamos em fase de transição e durante algum tempo, utilizaremos as duas formas ortográficas, a antiga e a nova.   Contamos com a compreensão dos nossos leitores.

Carlos de Jesus
Diretor

 
LusoPresse - 2021