logo
rss  Vol. XIV - Nº 250         Montreal, QC, Canadá - quinta-feira, 02 de Julho de 2020
arrowFicha Técnica arrowEstatutos arrowPesquisar arrowContacto arrowÚltima hora arrowClima
Partilhe com os seus amigos: Facebook

Jeune Chinoise ambitieuse du Mozambique et du Portugal

Claudia Chin: une nouvelle galerie d'art à Montréal

Jules Nadeau

Par Jules Nadeau

«Les gens sont devenus trop dépendants des nouvelles technologies. Ils nous demandent souvent ici si on a des vidéos au sujet des artistes. Les médias sociaux ouvrent des portes, mais en ferment aussi. En art visuel, par exemple, y'a une différence tactile entre une photo et une peinture dont le matériau est en trois dimensions. Faut que les gens viennent dans cette galerie», explique avec conviction Claudia Chin en entrevue.

 

claudia chin
Claudia Chin
Foto: Jules Nadeau, LusoPresse

Il y a seulement trois mois que Claudia Chin a ouvert la Galerie d'art contemporain 3C. Le second vernissage a eu lieu le 9 août. Parmi les premiers artistes qu'elle a mis en valeur: le photographe lusophone Karl P. Duarte et l'artiste en arts visuels Stewart Fletcher dans une exposition portant sur la représentation du corps féminin, «Formes sensuelles», soirée à laquelle assistait LusoPresse.

Beira, Lisbonne et Montréal

Chinoise jusqu'au bout des doigts, Claudia Chin calligraphie aisément son nom avec un doigté d'artiste. Son nom en mandarin s'écrit Zhen Jiali. Mais pourquoi un journal portugais s'intéresse à cette jeune fondatrice et propriétaire de galerie? Non seulement ses parents (présents au vernissage) parlent portugais, mais Claudia Chin l'écrit aussi. Pour la simple raison qu'ils sont nés à Beira, au Mozambique. Heureux mélange interculturel pour ces citoyens du monde devenus montréalais en 1987 -- après dix ans passés à Lisbonne.

Claudia Chin est curieuse et ambitieuse. Laisser l'artiste créer, tandis que la galerie en fait la promotion et vend. «Je veux donner une voix et un espace aux artistes en qui je crois. Je veux organiser des événements de collectes de fonds pour des organismes comme la Fondation du coeur. Le cancer, les hôpitaux des enfants, bref en santé et en éducation. Aussi, créer des événements interdisciplinaires, faire dialoguer des gens: films, musique avec art, jazz.»

L'influence de Lisbonne

Comment a germé l'idée de cette galerie? De la ville portuaire de Beira, la famille (avec son frère maintenant en Colombie-Britannique) est passée dans la capitale portugaise en 1977 lorsqu'elle avait trois ans. «J'ai grandi dans le district de Loures, dans la banlieue de Lisbonne, dans un vieux pays. J'ai toujours été exposée aux sculptures, aux musées, à l'art dans les lieux publics. Les statues en pierre et en métal. Très différent de Montréal.» Mais le déclic pour une galerie s'est fait à partir de ses discussions avec Stewart Fletcher et un autre artiste, G. Scott MacLeod.

Refusant de se laisser écraser par la routine, Claudia Chin a quitté un emploi à temps plein en 2008 et est devenue conseillère pour des artistes. «J'ai remarqué que chaque cinq ans, j'avais besoin d'un changement d'environnement.» Ce sont finalement ses amis qui l'ont dirigée vers cette nouvelle aventure. En particulier, Stewart Fletcher qui occupe un atelier dans le même bâtiment du 9150 de la rue Meilleur (près Chabanel). «Il m'a proposé de venir ici.» Voici comment elle a eu le courage d'occuper le local bien illuminé aux murs pâles. Un loyer raisonnable dans le «quartier de la guénille» qui s'ouvre sur le monde de l'art, selon elle.

Le soir du vernissage, les représentants de LusoPresse ont trouvé chez les parents de Claudia d'aimables gens vifs d'esprit maîtrisant très bien la langue de Camões. Claudia avoue ne pas être branchée sur la communauté portugaise de Montréal. Pas sur la communauté chinoise non plus. Pour ne pas réinventer la roue, voilà deux réseaux à intégrer, lui a t-on conseillé. Le baccalauréat en vente et en marketing de l'Université Concordia quelle possède sera un atout très précieux pour rentabiliser ses opérations de dialogue et aider les artistes à réussir.

Pour le moment, la galerie 3C n'est ouverte que de 10 à 14 heures le jeudi ou bien sur rendez-vous. Pour plus de détails: 514-779-9885 et www.galerie3c.com

Lire ici la version portugaise
O tempo no resto do mundo

Arquivos

Acordo Ortográfico

Apesar das resistências encontradas na imprensa portuguesa em geral, o LusoPresse decidiu adoptar o novo acordo ortográfico da língua portuguesa pelas razões que já tivemos a oportunidade  de referir noutro local.

Todavia, estamos em fase de transição e durante algum tempo, utilizaremos as duas formas ortográficas, a antiga e a nova.   Contamos com a compreensão dos nossos leitores.
 
Carlos de Jesus
Diretor

 
LusoPresse - 2020